Le Choeur de la Ravine Sèche

web stats

un compteur pour votre site

Les lits des rivières occupent une place importante dans l’imaginaire populaire. Peut-être est-ce lié à l’eau, symbole de pureté, ou bien est-ce dû à nombre de personnes perdues en voulant traverser le flot tumultueux de certaines ravines. Toujours est-il qu’un certain nombre de contes ou d’histoires vécues s’y rapportent.
Je suis tombée sur l’histoire  qui suit tout à fait par hasard et en fait elle m’a éclairé sur une superstition dont me parle souvent ma famille, vous savez celle comme quoi il vaut mieux être dans un cimetière la nuit plutôt que de se réfugier dans une église !!! J’ai toujours trouvé ça bizarre … eh bien grâce à l’histoire suivante je sais enfin pourquoi …
Image Hosted by ImageShack.us Image Hosted by ImageShack.us
Ce que raconte Prosper Eve dans son livre ‘Ile à peurs’ :
« Le vendredi, après avoir déposé son sac d’école sur le banc de la cuisine et changé de vêtements,je me dirigeai vers la Ravine Sèche pour chercher du bois.
J’avais 15 ans. La ravine était distante de quatre kilomètres de chez nous, on était en juin. Il était presque six heures lorsque mon gros paquet de bois fut prêt.

Quelle ne fut pas ma surprise ce jour là quand j’entendis autour de moi un concert de voix féminines réciter Avé Maria ! Je me serais cru dans une église. Pourtant j’étais sûr d’être seul en ce lieu inhabité. Je ne perdis pas mon sang froid. Même si je n’avais pas terminé la confection de mon sombli, je soulevai mon fagot et le déposai sur mon crâne.

Quand j’eus parcouru un kilomètre, je cessai de courir. Je repris mon souffle en marchant.
Maintes fois, j’avais vu des gens venir déposer à l’abri des rochers une bouteille remplie d’une eau verdâtre et fermée hermétiquement.

Ma mère m’avait fortement déconseillé de toucher à ces objets chargés de fluides négatifs. Elle m’avait tout expliqué pour que je sache à quoi m’en tenir et cela se résumait ainsi :
Certaines personnes souffrant d’une maladie mystérieuse, après avoir pris un bain à base de vétyver, de feuilless de lilas, de plantain, de jean robert, d’eucalyptus et d’ayapana marron en remplissaient une bouteille et la déposaient en ces lieux… Elles étaient libérées du mal lorsqu’un imprudent s’aventurait à toucher la bouteille maudite.

Personnellement, je n’avais jamais osé défier cette croyance et passais au large quand un tel obstacle se présentait à moi.

Je pensais aussi que mon père avait l’habitude de raconter qu’après six heures, les âmes quittent le cimetière. Pour que ses grands parents se réveillassent à heure fixe le matin pour se rendre au travail, il leur suffisait de s’adresser aux âmes du purgatoire. Selon lui, ces âmes se réfugient dans l’église et vont prier pour expier leurs fautes.

C’est pourquoi, disait-il, il valait mieux se trouver la nuit dans un cimetière que dans une église. C’est sûr qu’il existait un lien entre ces faits racontés et la récitation de prières que j’avais entendue. »

Image Hosted by ImageShack.us

Source : http://www.rando-reunion.com/pages/mythe/ravine.htm

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s